Association clamartoise

pour le mieux-être et la santé 

Article du mois : l’importance de l’assertivité

Marion VALLET (Coach certifiée HEC et formatrice en développement de soi) nous donne ici des clés sur un sujet important du développement personnel et des relations que nous entretenons avec notre entourage : « ASSERTIVITE : oser demander et savoir dire non ».


Tout d’abord, si vous ne connaissez pas ce mot, c’est normal … Il est absent du dictionnaire français.

Il vient de la traduction littérale de l’américain « assertiveness » qui apparaît sous la plume d’un psychologue new-yorkais Andrew Salter en 1950. En francisant le mot, la compréhension du sens n’est pas forcément limpide. Pour le définir en français, il faudrait plusieurs termes différents : Assumer-Affirmer -Respecter - Défendre ses opinions - Communication.


Pour vous donner un exemple concret, imaginez que vous avez commandé une entrecôte saignante avec des haricots verts dans un restaurant et que le serveur vous apporte une entrecôte à point avec de la purée … Comment réagiriez-vous ?


A/ Vous ne dites rien, vous mangez votre plat sans contester et vous vous trouvez même de bonnes raisons à votre silence. Le serveur pourrait mal le prendre ou pourrait même se faire disputer par son patron et peut-être même qu’il n’a pas bien entendu votre demande car vous ne parliez pas assez fort ? Ou bien « ce n’est pas si grave, il y a pire dans la vie » !


B/ Vous êtes en colère, vous renvoyez votre plat en cuisine. Vous exprimez votre mécontentement très fortement en disant au serveur qu’il n’a rien compris à votre demande. Vous lui demandez même une compensation.


C/ Vous faites remarquer au serveur que vous n’aviez pas commandé ce plat et vous lui faites part de votre envie de savourer votre plat commandé avec fermeté et respect.


Evidemment, ces 3 comportements sont volontairement caricaturaux …

La réaction A/ est un comportement passif que l’on appelle aussi le comportement paillasson. Le comportement B/ est un comportement agressif que l’on pourrait représenter par un hérisson … et le C/ est le comportement assertif.

Vous l’aurez donc compris, faire preuve d’assertivité c’est affirmer, exprimer ses opinions, ses besoins et demander ce que vous voulez tout en respectant les autres. Ce style de communication calme et confiant est le juste milieu entre l'agressivité et la passivité. 


L’assertivité est souvent résumée par l’expression :« ni paillasson, ni hérisson, à l’unisson ».


Nous aurions tous et tout à gagner à être plus assertif car ça fait du bien … ! En exprimant son point de vue, on se décharge d’un poids certes mais sans pour autant le faire porter aux autres … S’exprimer avec assertivité peut également enrichir une relation, développer des liens plus sereins avec les autres et peut-être même améliorer des situations complexes. Car l’assertivité, c’est souvent le moyen de communication pour gagner le respect des autres, obtenir ce que l’on souhaite et trouver des solutions. C’est probablement pour cela que ce comportement est essentiel dans la vie personnelle et professionnelle.


Mais pourquoi est-ce si difficile d’être assertif ? Pour plein de raisons … On n’ose pas forcément, on a peur de blesser l’autre/ d’être rejeté / ne pas être aimé, on ne s’est pas interrogé sur ses véritables besoins, on réagit par modèles (éducatif, professionnel …) / réflexes ou même par protection … Et puis, ce n’est pas toujours facile d’exprimer ce que l’on pense en faisant preuve d’authenticité lorsque nous avons le sentiment de vivre dans un monde de faux-semblants et de jeux de pouvoir.

Quelques soient les raisons, je vous invite à les accueillir avec bienveillance pour vous et les autres.

Comment être plus assertif ? L'assertivité est une compétence qui peut être développée même par les plus introvertis d'entre nous. Je vous propose 7 astuces pour vous aider à être plus assertif(ve) :


1. Soyez clair (e) sur ce que vous voulez ou ce dont vous avez besoin. Cela semble assez facile mais si vous êtes quelqu'un qui a du mal à vous affirmer, vous pourriez également avoir du mal à être décisif(ve). Vous pauser pour y réfléchir, écrire, dessiner, tenir un journal, parler à votre entourage, être accompagné(e) par un thérapeute ou un coach peut vous aider à déterminer ce que vous voulez vraiment. Savoir ce que vous voulez vraiment (avant de l’exprimer) est la base !


2. Parlez simplement en passant par les faits et le « je ». Attention, l’humour ou les métaphores peuvent être mal interprétées alors ne tournez pas autour du pot et exprimez clairement votre besoin ou votre demande. En vous appuyant sur des faits, vous éviterez les interprétations et les désaccords. Entraînez-vous à utiliser le « je » – telles que « je veux », « j'ai besoin », « je pense » ou « je ressens » pour vous affirmer et vous connecter à votre interlocuteur. Ces principes de communication font partie de la Communication Non Violente.


3. Fixez-vous des limites en disant « non ». Pour certains d'entre nous, il est difficile de demander ce que nous voulons. Pour d'autres, c'est un défi de dire « non » à ce que nous ne voulons pas. Apprendre à dire « non » d'une manière ferme et polie vous aidera à économiser du temps et de l'énergie afin que vous puissiez dire « oui » à ce qui est vraiment important pour vous. N’oubliez pas « on dit non à une demande et pas à une personne ». Pour cela, n’hésitez pas à clarifier les demandes avant de vous positionner.


4. Prenez votre temps. Parfois, vous pourriez vous sentir obligé(e) de répondre immédiatement. Si vous avez du mal à vous affirmer, votre premier réflexe sera probablement de donner la réponse attendue par votre interlocuteur pour éviter tout conflit. Mais, vous pourriez ensuite ressentir de la frustration quelques minutes plus tard. Si vous vous sentez obligé(e) de prendre une décision hâtive, demandez du temps pour réfléchir. Cela vous permettra de réfléchir à ce que vous voulez réellement et de construire une réponse respectueuse.


5. Restez calme et ouvert à la discussion

Quoi qu'il arrive, rappelez-vous de RESPIRER pour garder votre sang-froid. Cela aidera également votre interlocuteur à rester calme pour vous écouter jusqu’au bout et pour échanger de façon constructive. Si vous recevez des critiques que vous ne pensez pas mériter, préparez-vous à le dire calmement et fermement. Pour cela, restez calme et concentrez-vous sur les faits sans faire glisser des jugements de valeur ou des problèmes personnels dans la conversation.


6. Commencez par des petits pas. Pour certains, s’affirmer et s’exprimer peut-être un véritable défi. Procédez donc par des petits pas pour le rendre plus accessible. Par exemple, si vous constatez une erreur sur votre ticket de caisse, demandez des explications. Vous avez peut-être peur d'interroger le caissier mais il y a de fortes chances qu'il ait commis une erreur honnête, une erreur pour laquelle vous ne devriez pas laisser votre peur vous forcer à en payer le prix ! Utilisez ces petits moments quotidiens comme des occasions pour vous entraîner et changer petit à petit.


7. Reconnaissez et célébrez vos progrès en identifiant ce que ces petits pas vous ont permis de réaliser pour vous et les autres. Pour cela, je vous invite à les noter tous les jours sur un cahier spécial « mes petits pas vers l’assertivité » et voir les impacts pour vous et les autres. Vous verrez, vous pourrez être fier(e) de vous assez rapidement !


Je reste à votre écoute pour échanger sur vos expériences et à votre disposition si besoin !

0